Apple Watch 2

Apple Watch 2 : Mon test !

J’avais été séduite par l’aspect pratique de l’Apple Watch 1 que Pascal Dutilleux, un des 3 fondateurs et gérant d’IConcept m’avait confié pour que je teste ses aptitudes sportives.

Apple Watch 1 : Petit rappel

Apple Watch série 1

Au quotidien : 5/5

Un bel objet que cette montre connectée (bien que je le rappelle avant ce test, je me refusais de l’essayer de peur d’être encore plus scotchée sur le net et asservie à mon téléphone) qui a d’abord, contre toute attente, eu pour effet bénéfique de me faire faire le tri dans mes différentes notifications, textos et appels immédiats… et oui, finalement, je ne manquais plus aucun texto ou appel importants et par contre je pouvais laisser courir ceux qui ne l’étaient pas. Conséquence un gain de temps, d’énergie et d’efficacité énorme quant à ma vie professionnelle.

Niveau sport : 0,5/5

Mordue de la marque Garmin, je vous avoue que j’étais très sceptique et j’avais un à priori assez négatif concernant la montre « Apple Watch » qui essayait de rivaliser avec mon précieux GPS de la marque connue et reconnue pour être la précurseur dans ce type de produit. J’étais pro Garmin pour ce type d’outils. D’un autre côté, j’étais pro Apple depuis des années et malgré tout, ravie de posseder ce nouveau jouet. Malheureusement, sur cette première édition, mon intuition était la bonne…

Au début je ne courais jamais sans ma montre Garmin. Je n’avais aucune confiance en mon Apple Watch 1 sur le créneau sport.

Fiabilité / Autonomie : 0/5

J’avais été très déçu par la version 1 de l’Apple Watch. Peu d’autonomie, une fiabilité nulle quant aux données kilométriques et cardio (note : le cardio-poignet était déjà intégré à l’époque) et un risque de sèche complète si la batterie de l’Iphone, alors indispensable à cette époque (avril 2016) se déchargeait. Sans compter que l’utilisation de l’Apple Watch jumelée à l’Iphone en suçait une capacité non négligeable, bref, c’était le chien qui se mort la queue cette première version de l’Apple Watch.

Et là, l’Iphone s’éteint et toutes vos données sont perdues pour la course engagée… en deux mots : Les boules !

Application : 0/5

StravaRun, Nike+Run, RunKeeper, Runtastic, etc… sans oublier l’application Activité intégrée dans l’Apple Watch…

A l’époque je n’avais pas fait beaucoup d’effort pour toutes les tester, les données étaient tellement erronées que j’avais abandonné l’idée de me servir de ma montre Apple pour le sport. La seule que j’avais un peu tatonée était Strava qui me mettait le plus souvent 300m à 700m dans le vent et j’ai du coup très rapidement arrêté de lui accorder le bénéfice du doute.

Bilan de mon test Apple Watch Série 1 : 5,5/20

Niveau sport très déçue. Niveau pro une belle découverte devenue très rapidement un allié certain et efficace pour la productivité.

Apple Watch série 2 :

Apple Watch Série 2 (ici grand modèle 42mm, j’ai finalement opté pour le plus petit cadran 38mm)

Au quotidien : 5/5

Toujours un superbe objet qui s’est enrichi d’une gamme de bracelets impressionante, laissant la possibilité à votre cadran silver, doré, black, etc… de se mettre sur son 31 ou d’être paré pour vous soutenir dans l’effort ! Tous types de coloris, de matières, déclinés pour les deux tailles de cadrans (38 ou 42mm) et pour toutes les tailles de poignet. Bref, de ce côté là, bravo Apple ! #AppleWatch2 #Fashion #Pratique

Niveau Sport : 4/5

Ici Pascal Dutilleux et sa petite coach ! moi 🙂

Si la première édition m’avait terriblement déçue (notamment de la part d’Apple que je pense capable de tellement mieux que les autres… Ils ont tellement de moyens, tellement d’idées et de si bons designers…) lorsque Pascal m’a proposé de tester, avec ma Team Odlo Joggeur Club, la version numéro 2 de l’Apple Watch, je n’ai pas hésité ! Parce que je suis trop curieuse et que je déteste rester sur ma faim !

Néanmoins, mon expérience passée ne m’aurait jamais fait abandonner totalement ma montre GPS proprement dite qui ce dernier semestre 2017, était la Suunto Spartan Wrist (J’en étais d’ailleurs plutôt contente). Et alors que je m’élançais sur le marathon d’Athènes le 12 novembre 2017, ma Suunto avait tout simplement refusé de démarrer le matin du jour J ! C’est donc sans aucune autre alternative que j’ai testé en direct live et sans filet, l’Apple Watch 2 ! #destin #coïncidence

Marathon d’Athènes 2017, finisher en 4:39:05 (en surpoids et sans entraînement mais, heureusement, surglucidée. Merci Michel Martino). Sponsor textile : Odlo ici la gamme #ceramicool #OneStepAhead

Fiabilité / Autonomie : 4/5

C’est en priant pour qu’elle ne me lâche pas (ni elle, ni la batterie de mon téléphone puisque je n’avais aucun recul quant à cette problématique sur cette nouvelle édition…) que j’ai pris le départ du Marathon d’Athènes qui entre parenthèse était le marathon le mieux organisé que je n’ai jamais couru, mais ça c’est une autre histoire pour un autre article…

Je me souviens d’un 10 km, le « 1,2,3 canal » où la série 1 m’avait littéralement plantée à cause de la batterie de mon tél qui était tombée HS entre l’utilisation de la Watch et les photos que je prenais par ci, par là… J’étais avec un client et j’essayais de garder des souvenirs, puisque le rythme de course le permettait aisément.

Je l’avais déjà textoté sur quelques sorties très clairsemées (ces 2 dernières années j’ai tout essayé pour m’y remettre dare, dare mais sans succès jusqu’à ce début d’année 2018) et j’avais déjà pu apprécier les améliorations en terme de fiabilité sur les distances (en parallèle avec ma Suunto ou ma Garmin 735 XT, les données kilométriques et temps, étaient en tout point les mêmes, et ce, même en passant par l’application Strava). Quant aux pulsations cardio, celles de mon Apple Watch s’avéraient être plus précises que ces deux dernières à ma grande et très agréable surprise ! Mais sur l’autonomie il demeurait en moi une immense inquiétude…

Le chrono et les indicateurs de temps, de distance et de vitesse, sont des repères rassurant pour moi, quoi qu’en disent certains Joggeurs, en compétition, aussi peu compétiteurs qu’on puisse l’être, courir 42,195km sans repères de soi-même… A mon sens, c’est difficile pour le moral ! Autant aucune épreuve ne me stresse, autant, je suis très « rituels », très « grigris » et le moindre grain de sable dans mon engrenage peut me perturber.

Contre toutes attentes, les données étaient parfaitement réglées ! Les premiers kilomètres (le marathon d’Athènes est précisément métré puisque c’est un Marathon classé historique et que chaque kilomètre est marqué d’un panneau de signalisation qui reste fixe toute l’année) mon GPS était même parfaitement synchro avec leurs signalisations. Ensuite, vous autres Marathoniens et autres joggeurs voyez bien de quoi je parle; on double, on zigzag, on perd la ligne bleue et les kilomètres entre les panneaux et la montre se décalent un tant soit peu. Résultat donc : 42,8km (au lieu de 42,195 je le rappelle) et 4:40:11 au compteur final (le temps de passer la ligne d’arrivée, de penser à éteindre le chrono, et de façon un tout petit peu ralentie par la manipulation tactile – petit « hic » à noter tout de même -, de stopper l’activité)… contre 4:39:05 au temps officiel, je pense qu’on peut dire que les deux temps sont juste synchros !

Temps réel : 4:39:05 contre 4:40:11 sur mon chrono. Rien à dire… Elle a assuré mon Apple Watch 2

Bon après, je ne sais pas comment la montre aurait géré son autonomie de batterie si j’avais dû le courir en 5:00, compte tenu du fait qu’une 20aine de minutes après la fin de l’épreuve, elle me demandait la charge. C’est peut être le seul petit bémol que je pourrais signaler.

Notons que si les modèles continuent à évoluer à cette vitesse, j’imagine que l’Apple Watch 3 (bientôt en test), sera de plus en plus précise et autonome comme les vraies montres GPS dignes de ce nom !

Remarque importante :

J’ai couru au Maroc, les données à l’étranger désactivées, et pour autant, la watch a fonctionné comme en mode normal.

L’Apple Watch 2 « court » même sans son iPhone !

Application : 2,5/5

StravaRun, Nike+Run, RunKeeper, Runtastic, etc… sans oublier l’application Activité intégrée dans l’Apple Watch… toujours aussi nombreuses, toujours aussi peu à être réellement utilisables pour le joggeur averti.

Strava :

Si strava s’est nettement améliorée côté fiabilité distance, temps, vitesse, il lui manque encore quelques options cruciales pour le joggeur compétiteur :

En premier lieu je regrette que la vitesse moyenne à l’heure (l’appli n’affiche que le temps au kilo) n’apparaisse nul part, ni sur la montre pendant l’effort, ni sur le résumé d’activité. Ça ça ne doit pas être sorcier à intégrer dans le programme de n’importe quelle application, si ?

N’oublions pas que ce type d’Athlète amateur ou pro, complète ses entraînements par des activités en salle : tapis de course, rameur, cycling, etc… et là il y a parfois de sacrés beugs comme le dernier en date que j’ai vécu :

« aucun mouvement détecté »… et impossible d’enregister l’activité !

Notons qu’il est possible d’ajouter l’activité manuellement post course, ce qui permet de rester à jour sur les kilomètres parcourus dans la semaine, dans le mois, dans l’année, sur la durée de l’échéance…

Quand on essaie d’exploiter cette fabuleuse montre en salle pour un test de VMA… et que ce genre de problème se produit… on a tellement les boules de ne pas pouvoir analyser ses données de test… la excusez-moi mais #F**k ! (parce que ça fait mal au Coeur un test de ce type, sans jeux de mots, croyez-moi !).

Visuellement les analyses (lorsqu’elles s’enregistrent…) sont faciles à analyser et le partage permet de personnaliser le visuel contenant les informations principales de notre course. A notre époque de blog, Facebook et autres Instagram, ce dernier détail me parait juste indispensable !

Autre exemple de partage visuel pour mon chrono du Marathon d’Athènes

Strava se concentre sur les activités « course » et « vélo » sans autre précision… un tout petit peu trop résumé à mon sens même si j’ai constaté qu’après la dernière mise à jour on peut modifier de façon beaucoup plus large l’intitulé de l’activité (ex : rameur, aviron, équitation, ski, randonnée, etc…), sauf que malheureusement c’est pendant l’activité que l’on a besoin que la montre en prenne toutes les subtilités en compte.

Les autres applications sont ou trop simplistes, ou carrément imprécises ou encore pire, hyper compliquées d’utilisation. Strava reste de loin la meilleure rapport accessibilité et fiabilité des données.

Activité : l’application intégrée Apple Watch

Celle qui pourrait vraiment devenir complète, c’est celle qu’Apple intègre dans la Watch. Activité est plus fluide, plus complète, plus fiable des quelques expériences que j’ai pu en faire, mais mince… tellement pas fun ! Et j’avoue que je ne comprends pas pourquoi Apple ne s’y attèle pas sérieusement, c’est l’application activité de la montre. Seulement pour l’instant celle-ci manque de fun pour le partage des données et les visuels des courbes est peu lisible. A mon sens si Apple se colle à ça, l’Apple Watch égalera a elle toute seule, les plus grands noms de marques de montres GPS !

Bilan de mon test Apple Watch Série 2 : 15,5/20

Niveau sport #WAOUW, quelle amélioration en seulement 1 an !

La série 2 de cette Apple Watch se rapproche à grand pas des plus grandes marques de GPS.

Niveau pro : toujours un aussi bon allié de productivité !

Prochaine étape : essai de l’Apple Watch 3 et après ce dernier test concluant sur la seconde édition, inutile de vous dire qu’il me tarde de vous confier mon avis sur ce 3ème millésime.

Enfin, je suis tellement satisfaite de l’Apple Watch nouvelle génération que je prépare ma 6ème édition consécutive du Marathon de Barcelone (mon Marathon de Coeur, je vous le rappelle) avec comme unique cardio fréquence mètre GPS mon Apple Watch !

… A suivre…